Nous sommes dans une période de l’année où il fait bon vivre. Non pas que je n’aime pas les autres saisons, mais disons que j’affectionne particulièrement l’été avec le soleil, la chaleur, les vacances, le plein air, les feux de camps, la plage, les terrasses, les festivals, les balades à moto et le temps passé en famille et entre amis. Ah ! l’été ! La saison de l’année ou petits et grands attendent avec impatience ce moment afin de jouir d’un repos bien mérité. Cependant, nous ne serons pas sans nous souvenir de ce totalitarisme des deux dernières années, par lequel les gouvernements nous avaient imposé sans aucune justification scientifique des règles liberticides. La liberté que nous expérimentons cet été peut, en comparaison aux restrictions que nous subissions de nos gouvernements, nous faire penser dans une illusion qui nous pousse à croire que la vie est maintenant redevenue à la normale, et que toutes ces mesures avec lesquelles nous avions dû composer sont maintenant choses du passé.

Nous vivons certes une période d’accalmie. Période bien appréciée à la suite de l’enfer que nous venons tous de traverser. Alors, profitons pleinement de notre été ! Sortons, voyageons, visitons les membres de notre famille et nos amis. Prenons aussi le temps de nous reposer et passons du temps à lire et à être dans la présence de notre Dieu. Ne négligeons pas notre relation avec lui et, SURTOUT, n’oublions pas de nous préparer à un automne difficile. En effet, comme plusieurs je crois que nous vivons le calme avant la prochaine tempête. Réfléchissez-y un peu ! Souvenez-vous du livre « Les fables de La Fontaine ». Souvenez-vous de « La Cigale et la Fourmi ». La Cigale, ayant chanté Tout l’Été, Se trouva fort dépourvue Quand la bise fut venue. Alors que contrairement à elle, la fourmi travailla et se prépara l’été durant afin d’être prête à affronter la précarité. Soyons donc comme la fourmi et préparons-nous pendant que nous pouvons encore le faire ! Sortons de cette hypnose sociale ou la bienpensante pointe vers un retour à la normale.

Réveillons-nous et discernons l’époque et le temps dans lesquels nous sommes. Examinons-les à la lumière de ce que dit les saintes écritures.

 

Voyez-vous, il y a déjà de cela quelques semaines, un quotidien montréalais rapportait que d’être pleinement injecté (vacciné) contre le COVID était devenu une formule inefficace et devait être dorénavant remplacée par celle d’être « à jour » dans sa vaccination (injection). Si vous pensiez que l’imposition vaccinale était chose du passé, eh bien non! L’injection a ségrégé et divisé en deux classes la population. Elle a instauré en Amérique du Nord une société de privilège s’apparentant au crédit social retrouvé en Chine et elle continuera de le faire. Les technologies sont devenues intrusives soustrayant un peu plus à chaque jour nos droits et liberté. Tous ces systèmes informatiques utilisent l’alibi de l’avancée technologique pour faire diversion à l’implantation d’un régime totalitaire et dictatorial. L’identité (bio) numérique est en implantation et amènera son lot d’ingérence dans la vie des gens. Les changements climatiques sont sur les lèvres de tous les dirigeants et on imposera au nom de cette fausse théorie un contrôle de surveillance davantage serré sur notre société. Je n’ai pas encore parlé du resserrement autour des institutions financières. Souvenez-vous de l’extorsion du consentement chez Desjardins. Je pourrais continuer mais je m’arrêterai ici.

 

En conclusion, nous vivons le calme avant la prochaine tempête. Certes, reposons-nous et profitons de ce temps d’accalmie afin de nous ressourcer.  Toutefois, ne négligeons pas de prendre également le temps de nous préparer.  C’est-à-dire : lire la Bible, veiller, prier, méditer, planifier et prendre au sérieux notre relation avec Christ tout en étant conscient des temps dans lesquels nous sommes. Dans l’évangile de Matthieu au chapitre 25 et au verset 1, la Bible raconte la parabole des dix vierges, cinq étaient sages et cinq étaient folles. Les sages s’étaient préparées à la rencontre de l’époux en apportant avec elles de l’huile alors que les folles n’en n’avaient pas. Quand l’époux arriva, les vierges sages étaient prêtes alors que les folles manquèrent la rencontre la plus importante de leur vie par manque de préparation.

 

À chaque fois, cette parabole m’interpelle et me remet en question sur l’état de mon cœur avec Christ. Le mot clé dans cette parabole est : « préparation ». Soyons, vous et moi, comme ces vierges sages. Réalisons la saison dans laquelle nous sommes.  Comprenons les temps dans lesquels nous vivons et préparons-nous ! Préparons-nous à faire face à des temps difficiles sur cette terre et, SURTOUT, préparons-nous à la rencontre la plus merveilleuse, c’est-à-dire celle de notre Dieu !

 

JF D